Between dust and revenge -ft Enzo
WINTER IS COMING
Pour encourager le forum, vous pouvez voter et publier sur bazzart et PRD ici !
Pour les détenteurs de multi-comptes, n'oubliez pas de connecter régulièrement ces derniers !
Chers invités, n'hésitez pas à reluquer nos scénarios ! Beaucoup de rôles importants sont attendus pour IF !

Partagez | 
 

 Between dust and revenge -ft Enzo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Help me close my eyes
Marius Romanski



Hellcome to Paris! Le barbecue c'est par-ici.
DATE D'INSCRIPTION : 04/06/2016
MESSAGES : 259
PROFESSION : Autrefois dans le quartier de la loi, uniquement rentier à présent.
LOCALISATION : Plusieurs appartements dans Paris.


MessageSujet: Between dust and revenge -ft Enzo   Mer 27 Juil - 0:01

between dust and revenge
Enzo & Marius
I will hurt you for this. I don't know how yet, but give me time. A day will come when you think yourself safe and happy, and suddenly your joy will turn to ashes in your mouth, and you'll know the debt is paid.

Tes yeux se froncent, les sillons creusés par le temps ondulent sous tes humeurs grognardes. Tu lèves un sourcil épais puis le laisse tomber lourdement sur ta paupière fatiguée. Rien que le néant. L’obscurité qui, comme pour l’éternité passé et à venir, t’aveugle de son opaque, te nargue de sa contradiction, te replace avec le rire du malin à ta place damné, créature de la nuit, indigne du jour. Quel drame !

Derrière tes jérémiades d’immortels, tes sens vampiriques tâchent de renouer avec l’environnement pour ainsi dire pathétique. Les odeurs pourries de rouille et de décrépitude t’assaillent les narines, rien que ton quotidien minuté n’eut normalement toléré. Dans quel pétrin sa majesté des canines s’était-il encore fourré ? Il manque quelque chose. On t’a pris, on t’a volé, et tu ne sais pas quoi encore. Tes billes océaniques finissent par céder et laissent filtrer avec suspicion la lumière pâle au travers des cils protecteurs. Ce sont les étoiles qui te saluent par millier, trop heureuses de s’enflammer loin de cette vieille lune qui n’a de cesse que de leur faire de l’ombre, vile marâtre. Bien, il n’y aura aucun risque de bête poilue, ce qui rend ta reconnaissance des lieux moins pressante. Des lieux que tu n’aurais jamais rejoints par toi-même, alors comment ? Ou plutôt, pourquoi ?

Le ronflement d’une voiture, le grésillement d’un lampadaire, plus loin encore le pétillement d’un feu et le piaillement de conversations humaines. La nuit n’en était donc qu’à son premier quart, ou son dernier, et tu es bien trop dans le coaltar pour sentir si l’aube est sur le point d’arriver ou a depuis longtemps foutu le camp. Et tu n’as toujours aucune idée de ce que tu fous là, le pire restant que ce n’est même pas le début du problème. Dès l’instant où tes paupières s’étaient ouvertes, une armée de minipouciens avait pris d’assaut ton crâne, armés de pioches, ils s’efforçaient de trouver leur chemin au travers de tes dépravés de neurones. Si le mal de tête ne suffisait pas, tes membres étendus en position judaïque ne retrouvaient qu’à présent une certaine mobilité. Bien que tu puisses sentir ton corps s’activer à évacuer ce qui ressemble à de l’acide dans tes veines, et que tu retrouves un semblant de dignité en tâchant de t’assoir correctement, la paluche sur la gueule de bois, tu n’as jamais tant ressemblé au cadavre que tu es.  

Hiinn. Le menton se lève. Un pneu joue les acrobates autour d’un rétroviseur. La carcasse de voiture repose lascivement sur un olympe de déchets. Marius, crétin, tu prends doucement conscience de ce que tes cinq sens hurlaient à ton arrogante de tête. Ton décor pour ta petite sieste improvisée est une foutue poubelle ! Une décharge, un amas de pourriture, la marmite de déchéance humaine. La surprise te pousse sur tes deux pieds, plus effrayé d’une peau de banane que d’un démon de deuxième étage. Tu viens d’atteindre le fond, voilà sur quoi on peut s’accorder. Plus de trip magique, on arrête de prendre tout ce que les inconnus peuvent nous refiler, les bonbons du gentil monsieur à la sortie de l’école et des deux gars dans la fourgonnette. Maman t’a pourtant prévenu. Non, tu seras sage, promis. Il n’est plus question d’occuper ses fins de soirées avec quoique ce soit qui te rapproche de cet état, non, non, plus avant une bonne semaine.

Tu te mis en marche, époussetant le costume bon à jeter, espérant mettre rapidement une distance drastique entre toi et ce cauchemar mais à peine déposes-tu un pied hors de cet enfer que quelque chose t’interpella. Une présence. Trop occupé jusque-là, tu n’avais pas remarqué les yeux qui suivaient chacun de tes gestes. Tu t’immobilises, vérifiant que l’illusion ne venait pas du brouillard dans ton esprit, mais un froissement vint confirmer les soupçons surnaturels. « La place est libre, si vous voulez. » Que tu railles, faussement détaché. Tu n’aimais pas l’idée que quelqu’un t’ai vu croupir parmi les insectes. Cependant l’idée que la chose puisse en savoir davantage sur l’art et la manière dont tu t’y étais retrouvé t’effleura la curiosité. Le néant de ta mémoire t’obsède. Combien de temps était passé ? Une nuit, une semaine, un mois ? Qu’est-ce que t’as foutu, bordel ?
Made by Neon Demon

_________________
Go ahead, make my millennium.
Die, die, we all pass away. Don't wear a frown 'cause it's really okay. You might try and hide, and you might and pray, but we all end up the remains of the day ©️alas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Help me close my eyes
Enzo L. Puccinelli



Hellcome to Paris! Le barbecue c'est par-ici.
DATE D'INSCRIPTION : 30/05/2016
MESSAGES : 464
PROFESSION : possède un laboratoire de biotechnologie, qu'il gère de loin. De très loin.
LOCALISATION : probablement un tombeau du cimetière du Père Lachaise (oui, vraiment).


MessageSujet: Re: Between dust and revenge -ft Enzo   Lun 1 Aoû - 19:49

between dust and revenge
Enzo & Marius
I will hurt you for this. I don't know how yet, but give me time. A day will come when you think yourself safe and happy, and suddenly your joy will turn to ashes in your mouth, and you'll know the debt is paid.

Le pouvoir jouissif de la manipulation. Le désir tenace de se venger de tous ces enfoirés. Ces deux sentiments s'entrechoquent dans son crâne toujours en parfait état de marche, malgré les années qui s'écoulent. Le résultat de son oeuvre se tient là, étalé sur un tas de détritus. C'est hautement jouissif en effet, carrément satisfaisant.

Un sourire fier aux lèvres, il l'observe. Il a décidé, quelques heures plus tôt, qu'il serait celui qui le ramènerait hors de son laboratoire. Il n'est pas allé le chercher parce qu'il a fallu le faire au beau milieu de la journée, mais le déposer dans la nature était dans ses cordes. Et il ne s'est pas gêné pour le balancer sur la première poubelle qui lui est tombé sous les yeux. Délicate attention de son crû, dont il pourrait presque se vanter.

Mais il n'est pas aussi stupide. Il ne va pas attendre de le voir se réveiller et se présenter comme étant la cause de son très probable trou de mémoire. Non, il va être plus malin que cela. Reculant de quelques pas sans le lâcher une seule fois du regard, Enzo s'empresse de se planquer dans l'ombre. Ce n'est qu'une question de temps, avant que les produits administrés cessent de faire leur effet. Et ce n'est donc qu'une question de temps avant qu'Enzo n'ait enfin la possibilité de réellement parler avec cette ... raclure de bas étage.

Il sait que seules quelques minutes auront le temps de s'écouler avant que celui qu'il sait être Marius - son tout nouveau jouet - s'éveille pour de bon. Il aurait tout autant pu s'en aller et retourner là d'où il vient. Au lieu de cela, il reste à cet endroit précis, patient et serein comme à l'accoutumée.

Lorsque du mouvement se profile à l'horizon, Enzo se planque un peu mieux dans l'ombre, tout en gardant un œil sur lui. Marius a l'air ... paumé. Il se redresse, chancelle peut-être bien un peu sur ses jambes. Il n'est pas difficile de deviner qu'il est perdu, qu'il ne sait pas comment et pourquoi il a atterri ici. A cette idée, le sourire d'Enzo s'élargit un peu plus encore. Son coup est réussit. Mais il ne laisse jamais de place à l'échec, alors ce n'est pas franchement étonnant.

Il choisit le moment parfait pour sortir de sa cachette ; s'assurant que Marius ne le voit pas arriver de nul part. Il veut que cela paraisse naturel, et il semble que ce soit le cas. Aucune trace de suspicion sur le visage du vampire, lorsqu'il le voit approcher. C'est aussi fort probable qu'il soit passé maître dans l'art de masquer ses intentions et émotions réelles. Il erre sur la Terre depuis longtemps, après tout. « Hum, sans façon. » Ses yeux pivotent en direction de l'endroit où il était installé, il y a encore peu de temps et s'autorise à sourire. Un sourire plus naturel que celui qu'il affichait auparavant. Il n'y a pas de place pour la cruauté dans cette discussion. Il doit se montrer sympathique, avenant et plus fin encore que d'habitude. Il n'y a qu'ainsi que l'on obtient ce que l'on désire. « Que faisiez-vous ici ? » Demande-t-il, l'air sincèrement intéressé par sa question, et surtout réellement au courant de rien.

Seconde étape de sa tentative d'approche : se trouver un alibi. Et ne pas passer pour le grand méchant loup aux longues dents responsable de tous ses maux. Ce serait bête de foutre en l'air tout son plan uniquement parce qu'il n'aura pas été capable de se montrer ferme et malin. Ses sourcils, désormais haussés, achèvent de parfaire son air éberlué. C'est bien censé être surprenant de trouver un pauvre type perdu au milieu de détritus, non ? Encore plus au beau milieu de la nuit.
A nous deux, Marius.
Made by Neon Demon

_________________
Oh, what a day, what a lovely day
As the world fell, each of us in our own way was broken. It was hard to know who was more crazy...©️alas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Help me close my eyes
Marius Romanski



Hellcome to Paris! Le barbecue c'est par-ici.
DATE D'INSCRIPTION : 04/06/2016
MESSAGES : 259
PROFESSION : Autrefois dans le quartier de la loi, uniquement rentier à présent.
LOCALISATION : Plusieurs appartements dans Paris.


MessageSujet: Re: Between dust and revenge -ft Enzo   Dim 11 Sep - 21:39

between dust and revenge
Enzo & Marius
I will hurt you for this. I don't know how yet, but give me time. A day will come when you think yourself safe and happy, and suddenly your joy will turn to ashes in your mouth, and you'll know the debt is paid.

Horreur. Curiosité. Répulsion. Tu n’avais qu’à en choisir un, un bout d’émotion à coller contre ton visage, un bout de vie à embrasser amoureusement, un miroir sur lequel calquer tes traits trop réguliers comme toujours. Mais tu n’en fis rien. Tu te contentais de gronder à l’intérieur, offrant ce masque de marbre à l’inconnu, angelot aux ailes brûlés. Tes poings solidement enfoncé dans les poches de ton costume en ruine, rien ne laissait transparaître que tu venais de sortir d’un dépotoir et que ta dernière vision était un rat culbutant un pneumatique. Pour autant que ton attitude en disait, tu aurais pu sortir d’un spa.
Bien sûr, tout le reste criait à l’évidence. Pizza dégoulinante sur ta chaussure, manteau de poussière en voûte céleste sous le triste lampadaire, et ce bout de manche, partie de ton anatomie pratiquement, toi qui ne sait t’habiller autrement que par l’élégance sombre, pendouille sans vergogne, te narguant de sa caresse à chaque mouvement que tu prends. Oh oui, tu ne tiens qu’à un fil. L’immortel est vulnérable.

Les prunelles se posent, froides, cruelles, accusatrices sur l’apparition. Tu le blâmes, quand bien même rien ne pointe vers lui, tu t’en fiches. L’arrogant, que tu es, a besoin d’un coupable et tout sonne faux cette nuit. Trop de surprise, ou pas assez. La paranoïa frappe. Le silence accueille les paroles futiles qu’il prononce alors que tu le considères. Alors que tes émeraudes scrutent son air ahuri, la démangeaison soudaine alors qu’elles passent sur sa veine cachée derrière son manteau te fait réaliser la faim qui t’assaille. À vrai dire, tu crèves littéralement la dalle. Combien de temps depuis que le liquide carmin manquait à ton organisme ? Peu importe où ton vieux cadavre avait traîné ses os cette nuit, il n’avait pas été assez éveillé pour penser à nourrir la mécanique. Et d’autres questions qui s’ajoutaient.

Tes pas franchissent lentement les mètres installés méticuleusement entre vous. La guibolle nonchalante, tu arraches d’un coup sec la manche handicape. « Eh bien … » Souffle-tu, voix rauque aux échos doucereux de la menace. Un sourire, sa mimique qu’il imite à la perfection, et la griffe lourde tombe sur l’épaule. « C’est là toute la question, n’est-ce pas ? » Tu cherches et tu ne le caches même pas, la moindre trace de culpabilité ou de jouissance en réaction à tes mots. La moindre répulsion à ta proximité, la moindre haine, mais rien ne vient si ce n’est le contre-coup de l’odeur que tu dégages. « Et vous, monsieur ? Crise de somnambulisme ? » Le menton se penche, mais tu commences déjà à te lasser. Tes esgourdes cherchent autre chose, passé la confusion de tes sens, tu pouvais enfin les diriger dans une direction précise. Un boum boum régulier, deux coups, une pause, mélodie éternelle. Tu voyais déjà le vermeil sanglant éclater hors du corps de l’humain. Déception. Rien de rien. Ton sourire s’accentue, marque de ta frustration que l’épaule subit. Un pouce sous le col. « Il semblerait qu’il vous manque quelque chose. Quelque chose dont j’ai besoin. Maintenant. »

Puis tu le relâches brusquement, laissant tes manières dans les déchets. C’est d’ailleurs là-bas que tu retournes, enlevant complètement ta veste pour la laisser dedans. « J’ai peur que je ne sache où je me trouve pour le moment, aussi pourriez-vous m’indiquer le nom de la charmante ville qui abrite ce dépotoir ? » Tu tâchais d’extraire chaque grain d’utilité qui persistait chez ton semblable puisque ce dernier ne pouvait nourrir tes deux besoins premiers : des explications et de quoi se désaltérer jusqu’à l’oubli de soi. « J’ose espérer que vous avez un moyen de locomotion pour nous sortir de là. » Voilà que tu le prenais déjà pour ton chauffeur. C’est tout toi, Marius, supérieur en toute circonstance, l’égo intact, même traîné dans la boue. La délicatesse bâtarde.

Made by Neon Demon

_________________
Go ahead, make my millennium.
Die, die, we all pass away. Don't wear a frown 'cause it's really okay. You might try and hide, and you might and pray, but we all end up the remains of the day ©️alas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Help me close my eyes
Enzo L. Puccinelli



Hellcome to Paris! Le barbecue c'est par-ici.
DATE D'INSCRIPTION : 30/05/2016
MESSAGES : 464
PROFESSION : possède un laboratoire de biotechnologie, qu'il gère de loin. De très loin.
LOCALISATION : probablement un tombeau du cimetière du Père Lachaise (oui, vraiment).


MessageSujet: Re: Between dust and revenge -ft Enzo   Ven 23 Sep - 17:31

between dust and revenge
Enzo & Marius
I will hurt you for this. I don't know how yet, but give me time. A day will come when you think yourself safe and happy, and suddenly your joy will turn to ashes in your mouth, and you'll know the debt is paid.

Enzo ne peut se dépêtre du sentiment victorieux qui l'habite depuis de longues minutes à présent. C'est plus fort que lui, voir Marius ainsi diminué est d'un jouissif ahurissant et à peine explicable. Oh, bien sûr, il semble essayer de garder bonne figure, Marius. Mais ses faux airs hautains ne le trompent pas. Et aucun détail n'a échappé à Enzo. Chaque saleté a été étudiée, chaque froissement de ses vêtements aperçu. Bien sûr, il sait se montrer discret. Et, jusque-là, cela semble avoir fonctionné. Marius ne se doute de rien. Tout au plus, il est touché dans son estime d'avoir ainsi été découvert, au milieu des détritus. « Crise de somnambulisme ... oui, on peut présenter les choses ainsi. » Un sourire mystérieux, et le tour est joué. Enzo est passé pro dans l'art de masquer tout ce qui se passe réellement dans son cerveau quasi en surchauffe à ce moment précis.

Il est dans le paraître, et rien ne peut être laissé au hasard, dans cette situation. Il ne peut se permettre d'être démasqué, pas aussi vite. Marius n'est pas bête, et traîne une grande expérience derrière lui ; il ne doit pas être difficile, pour lui, d'étudier les personnes qui l'entourent et de les juger de manière relativement correcte. Il en aura mis du temps, tout de même, avant de se rendre compte qu'il n'a, en effet, pas ce sang dont il aurait probablement aimé profiter ... « Et de quoi s'agit-il donc ? » Jouer les ingénus pour mieux cacher la personne qu'il est réellement. Jouer les idiots finis histoire de n'être, à ses yeux, qu'un crétin à peine capable de comprendre l'ironie et les sous-entendus.
Parfait, tout est définitivement parfait.

Mais tout n'est pas encore terminé, et Enzo refuse de baisser sa vigilance trop vite. Il se doit de se montrer malin jusqu'au bout. Être plus fin que Marius ne devrait pas être trop difficile ; lui a l'avantage de connaître beaucoup de choses à son propos ... Et beaucoup plus qu'il ne l'imaginera jamais. Du moins, Enzo l'espère. Il a confiance en son plan et en sa discrétion, tout se passera bien.

« Nous sommes à Paris. » Enzo doit réprimer, avant même qu'il n'ait eu le temps d'apparaître, un sourire satisfait. Il est, en effet, très heureux de le savoir si peu renseigné. Être dans le flou ainsi ne doit pas être agréable mais pour Enzo, c'est tout à fait autre chose. Il est content et fier de lui-même de savoir Marius si diminué. Il ne sait même pas dans quelle ville il se trouve ... C'est un sacré avantage qu'il tient là, et il ne compte pas le lâcher de sitôt. En fait, il veut même le gratter jusqu'à la moelle et s'assurer de le détenir jusqu'au bout. « Pas de moyen de transport pour moi, j'en suis fort désolé. »

Sa voiture, Enzo ne l'utilise que trop rarement. Comme il ne s'épuise plus depuis une éternité, il préfère utiliser ses jambes. C'est ce qui lui permet de connaître si bien la ville, à présent. Jusque dans ses moindres recoins, jusque dans ses dernières devantures. Ce qui est un avantage, tant pour lui que pour Marius. « Mais je peux malgré tout vous guider, si vous en avez besoin. » Nouvelle tactique habile : donner l'impression d'être compatissant - sans trop l'être bien évidemment - pour faire taire toute suspicion dans l’œuf.
Il se doit d'être plus habile que jamais. Il pourrait faire coup double avec cette histoire : en plus de se montrer comme une personne fort sympathique auprès de celui sur qui s’abattra prochainement les foudres de sa vengeance, il pourrait bien savoir d'avance où le trouver à l'avenir. Enfin, il a la puce pour ça ... Mais on n'en sait jamais trop, quand on s'appelle Enzo Puccinelli.
Made by Neon Demon



_________________
Oh, what a day, what a lovely day
As the world fell, each of us in our own way was broken. It was hard to know who was more crazy...©️alas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Help me close my eyes
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Between dust and revenge -ft Enzo   

Revenir en haut Aller en bas
 
Between dust and revenge -ft Enzo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DUST 514
» Zombie Revenge
» System Y2 + KOF2002 Revenge
» Golden Axe : The revenge of death adder (Neophil03)
» Combos assists et Ex-revenge.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'instant funèbre :: 
BIENVENUE A PARIS
 :: NORD - OUEST
-
Sauter vers: