OPHELIAIN ▲ And truth came out to light
WINTER IS COMING
Pour encourager le forum, vous pouvez voter et publier sur bazzart et PRD ici !
Pour les détenteurs de multi-comptes, n'oubliez pas de connecter régulièrement ces derniers !
Chers invités, n'hésitez pas à reluquer nos scénarios ! Beaucoup de rôles importants sont attendus pour IF !

Partagez | 
 

 OPHELIAIN ▲ And truth came out to light

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Help me close my eyes
G. Ethain Walshe



Team Citrouille
DATE D'INSCRIPTION : 05/06/2016
MESSAGES : 1389
PROFESSION : Toucheur de nouilles professionnel... Ah non pardon je lis pas la bonne phrase du script. - PRODUCTEUR
LOCALISATION : Son superbe appartement avec vue sur le champ de mars et la Tour Eiffel


MessageSujet: OPHELIAIN ▲ And truth came out to light   Ven 2 Sep - 9:19



Truth came out to light

FT. OPHELIE F. ANSEL



Il réajuste sa cravate noire autour de son cou, attrape ses lunettes de soleil entourées de vert fluo et quitte l’enceinte de son appartement de luxe. Au sous-sol, parking privé, le choix de la voiture est somme toute évidente et par ce beau temps qui pointe encore le bout de son nez il va profiter de l’air pur de Paris. Il prend la décapotable, et dans un crissement de pneus, le sorcier s’évade, passant de l’obscurité à la lumière éclatante du soleil qui réchauffe leurs âmes meurtries. A son tour il va polluer l’air Parisien et la bulle de verre qui semble les y enfermer constamment. Autour de lui se dressent maisons anciennes et modernes, du moins, un brin de modernisme à l’air du temps. Madonna a prévu un concert dans quelques mois, c’est ce qu’une affiche lui révèle tandis que les voitures s’engouffrent les unes après les autres et forment déjà un amas de fumée. Dans ce décor, Ethain est l’intrus, pourtant il n’est pas le seul riche de toute la ville. Au moins peut-il se darder de pouvoir profiter de la lumière du jour, lui. Marius ne pourrait clairement pas en dire autant et… Diantre, ce qu’il en rate des choses. De jour le terrain de chasse est tout à lui et il se sent bien, pousse la volume de la radio pour se faire entendre. Il se sent seul dans cet environnement, se fout de la mère qui espère maintenir son nourrisson endormi sagement dans sa poussette jusqu’à la maison. Se fout du jeune qui se promène avec son lecteur cassette portable et qui n’entend plus rien de sa propre musique. Se fout encore de la vieille qui sursaute alors qu’il klaxonne pour qu’elle accélère sur le passage piéton. « Jeune trou du cul ! » qu’elle beugle en manquant d’avaler son dentier. Ah, si elle savait qu’il a en réalité presque son âge. Aurait-il été un vieux croulant aigri, lui aussi ? Il hausse les épaules, c’est une question qu’il ne se pose même pas à dire vrai, et pour toute réponse il lui offre son majeur avant d’accélérer comme un malpropre, enroulant la vieille dans un nuage de fumée. Lui aussi a connu la seconde guerre mondiale, trouffionne.

***

Le plateau de tournage se trouve non loin de la place de la Bastille où la circulation va bon train. C’est l’une des rares scènes filmées à l’extérieur. Il laisse le bon soin aux scénaristes et autres réalisateurs de prendre les décisions concernant les meilleurs angles de vue, lui ne fait que superviser car il a énormément de chats à fouetter, professionnellement parlant comme personnellement parlant. C’est dans un énième crissement de pneus qu’il arrive non loin de l’aire qu’ils ont bloqué pour l’occasion, y engouffrant caravanes techniques et autres voitures de transport. Bref, tout le package nécessaire. A peine pose-t-il un pied sur le bitume que l’on vient déjà pour le harceler, il y a peut-être même déjà des paparazzis qui sait. Enfin juste quelques-uns parce qu’il a tendance à les faire fuir, une sorte de sort de protection pour ces vulgaires rats des champs.

« Monsieur Walshe, tout est en ordre pour cette première journée. C’est un plaisir de vous voir ici. ». Et un lèche-cul, un. Encore un idiot qui veut être l’employé modèle. Il va vraiment falloir qu’il trouve qui a lancé cette rumeur, d’ailleurs il s’éloigne avec ledit employé mais se retourne déjà vers sa voiture. « Pas toucher, Alfred ! ». L’avertissement est passé, l’autre d’à côté a d’ailleurs sursauté. Pas sûr que l’autre de second rang se nomme réellement Alfred, mais il n’a pas vraiment avalé un trombinoscope avant de venir, il n’y a que la brune là-bas qu’il reconnait de visuel et quelques bouffons de scénaristes qu’il salue d’un simple geste de la main en gardant ses yeux rivés sur la jeune femme. « Comment ça se passe avec… ». Soudain il réfléchit, et réalise. S’il en a senti toutes les courbes et inspecté chaque ligne du bout des doigts en partageant des dinosaures en biscuit, il vient soudainement de se rendre compte qu’il ne connait même pas… Son prénom. « Ophélie. ». Que son voisin précise tandis qu’Ethain tourne la tête pour plonger ses ébènes dans les siennes. « Ophélie. ». Qu’il murmure encore à voix basse comme s’il craignait qu’on ne les entende. « Pas la peine de le dire à voix basse et me faire passer pour un sourd, je sais bien comment elle s’appelle. ». Mensonge. Petit, mensonge. Un vague crétin s’évapore dans l’air et celui qui lui servait de guide se met à déguerpir aussi vite qu’il est arrivé sans répondre à sa première question. Un double crétin s’échappe alors de ses lèvres pincées.  

***

Assis dans un coin à l’arrière-plan pendant la scène qui se tourne sous ses yeux, Ethain se veut le plus discret possible, observant derrière ses lunettes noires lui permettant de protéger ses ténébreuses du soleil. Il a beau adorer la chaleur que l’astre diffuse, lorsque l’on dispose de billes comme les siennes, l’éclat devient encore plus fort. Du moins pour lui, car tout le monde vous dira que ce sont les yeux clairs qui en chient le plus. Et bien non, pas chez lui, de toute manière il ne fait jamais rien comme tout le monde. Sans doute est-ce le fait d’avoir vécu trop longtemps de nuit ces derniers jours…

Les minutes s’enchainent et passent, Ophélie se révèle être une actrice plutôt douée pour une première. Ophélie. Il ne saurait dire pourquoi mais il apprécie ce prénom, une note de sucré sur un parfum d’épice. La cerise sur le gâteau triste. Le tricératops fondant entre ses lèvres. Un sourire étire ses traits à cette pensée subite et le paon fanfaronnant disparait soudainement entre les rangées de caravanes, les employés s’activant pour signaler la pause de midi. Ils seraient tous au buffet froid, et lui, compte profiter de ce moment pour filer doucement à l’anglaise. Même s’il prend son temps.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
OPHELIAIN ▲ And truth came out to light
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Fiche de jeu] Touhou Gensoshoku ~ Dark Purple and Light Black Entanglement
» Light painting
» [mid] US Tank Light Company
» La planète de Light-Gemini
» Combat antique light

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'instant funèbre :: 
BIENVENUE A PARIS
 :: SUD - EST :: Bastille
-
Sauter vers: