ETHIOLA ▲ Don't make any sudden moves
WINTER IS COMING
Pour encourager le forum, vous pouvez voter et publier sur bazzart et PRD ici !
Pour les détenteurs de multi-comptes, n'oubliez pas de connecter régulièrement ces derniers !
Chers invités, n'hésitez pas à reluquer nos scénarios ! Beaucoup de rôles importants sont attendus pour IF !

Partagez | 
 

 ETHIOLA ▲ Don't make any sudden moves

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Help me close my eyes
G. Ethain Walshe



Team Citrouille
DATE D'INSCRIPTION : 05/06/2016
MESSAGES : 1389
PROFESSION : Toucheur de nouilles professionnel... Ah non pardon je lis pas la bonne phrase du script. - PRODUCTEUR
LOCALISATION : Son superbe appartement avec vue sur le champ de mars et la Tour Eiffel


MessageSujet: ETHIOLA ▲ Don't make any sudden moves   Mar 23 Aoû - 21:21



Don't make any sudden moves.

FT. FIONOLA  KOSKINEN



La vapeur l’encercle de sa chaleur bienveillante et doucereuse. Les perles d’eau ruissèlent de l’intérieur de son cou, se fraye un chemin sur les lignes de son torse et viennent finalement s’écraser plus bas. Pour certains, il fait ici une chaleur étouffante, pour d’autres, comme Ethain, cette dernière permet de se recentrer sur soi-même, forcé de garder le silence, forcé de se concentrer pour ne pas avoir la sensation d’étouffer ou de brûler de l’intérieur. Concentration, c’est exactement ce dont il a besoin. Depuis deux jours qu’il rumine, fouille et tourne les pages à la recherche du sort idéal. Chaque chose intéressante devient totalement insignifiante dès lors qu’il l’a entre ses mains, conscient de la dangerosité de certaines formules pour… La cible visée. Autrement dit pour Fionola, dont il ignore le nom parce qu’il ne s’en souvient pas. Tout ce qu’il sait c’est qu’ils se sont déjà rencontrés…Dans le futur. C’est ce qu’elle a dit, ce qu’elle a écrit mais lui il n’a rien en sa possession qui ne puisse confirmer les dires de son maigre récit. Et ça le rend dingue. Au matin du troisième jour, alors qu’il lui a donné rendez-vous en fin d’après-midi, ce matin, assis dans ce hammam qu’il a fait privatiser pour l’occasion avec interdiction de le déranger, le sorcier ressasse ses possibilités. Au fond, il n’a pas envie d’utiliser la manière forte, cette pauvre fleur fragile ne tiendrait pas une seule seconde, quand bien même elle se soit montrée revêche et assez forte de caractère à la fin de leur entrevue. Courte entrevue. La vapeur l’englobe et il demeure irrémédiablement silencieux, serviette blanche entourant son bassin et camouflant le nécessaire. A un moment, il entend résonner le son de son propre rire et comprend alors qu’il n’a fait que s’imaginer Marius pénétrant à l’intérieur. Est-ce que sa condition de mort le ferait cramer comme neiger au soleil ? Après tout, il peut faire très chaud… Ici. Question existentielle mise de côté, Ethain rit encore quelques secondes et se concentre à nouveau sur ses incantations qu’il récite dans sa tête en long en large et en travers.

Si la jeune femme n’est pas muette d’origine, il ne peut tout de même lui rendre sa voix. Il n’en est pas capable, à toute évidence une aura de sorcellerie entoure cette petite, une aura très puissante. S’ils se sont véritablement rencontrés dans le futur elle n’est pas là par hasard. Et surtout, elle n’est pas dans son époque. Pas la bonne. La curiosité le pique au vif et le ronge, comment est ce fameux futur et pourquoi ne s’en rappelle-t-il pas ? A-t-il vu des choses qu’il n’est pas censé voir ? Ses lèvres se pincent et une goutte d’eau roule sur l’arête de son nez avant de s’écrouler sur le sol cette fois. Et soudain c’est le déclic, il sait quel sort utiliser, il sait quelle incantation il va retenir et doit trouver. Depuis plusieurs minutes qu’il est là enferme, et à présent il sait et ne lui en faut pas plus pour pousser violemment la porte de verre, cognant le singe en costume noir se trouvant derrière. Comme s’il était utile d’avoir un garde du corps… Ah non, homme de la sécurité, ce n’est pas pareil. Un peu rougi par la chaleur et les cheveux humides, les prunelles sombres se posent toutefois sur l’homme qu’il vient de heurter dans son élan. Il pourrait s’excuser, mais non, hors de question, et c’est avec dédain qu’il l’observe, comme s’il n’avait strictement rien à faire là et ne devait s’en prendre qu’à lui-même. « Un peu trop de force. ». Ce sont les seuls mots qu’il lui adresse avant de prendre la poudre d’escampette dans les vestiaires. « Good morning fellas, le hamman est à nouveau ouvert ! ». Un sourire large étire ses traits et il disparait dans une cabine.


***


17h. Il lui a donné rendez-vous dans un autre de ses appartements dont il se sert principalement pour son boulot de producteur, lorsqu’il a besoin de recevoir, mais sa pièce secrète remplie d’objets en tous genres ne se trouve que chez lui. Il n’a pas besoin de se trouver dans le bon appartement pour y avoir accès, il sait comment protéger ses affaires et comment les utiliser en cas de nécessité. Comme en cette fin d’après-midi. Son bureau est mitoyen à la grande salle de réunion où il réunit ses employés modèles pour discuter de choses et d’autres. Spacieux, les rideaux n’ont pas encore été tirés pour camoufler la vue sur la pièce. Dos à la porte et bras croisés dans le dos, il observe la vue Parisienne que lui offre la baie vitrée. A bien y réfléchir, il n’aime pas véritablement les espaces confinés, préfère pouvoir observer l’horizon à perte de vue. Il ignore pourquoi, c’est comme ça depuis maintenant plusieurs années. L’heure tourne et il ne la voit pas défiler, obnubilé par ses pensées qui vagabondent, comme perdu entre deux mondes. C’est la sonnerie de l’entrée qui le sort de ses réflexions profondes après quelques secondes et l’oblige à ouvrir la porte d’un revers de main tandis qu’il se dirige dans le couloir pour l’accueillir, l’espace ouvert offrant un aperçu de la longue salle de réunion. Au fond il n’était pas sûr qu’elle ne vienne, mais elle est là et il ne compte pas camoufler ses pouvoirs. Bien au contraire. Intérieurement il sent qu’il peut les utiliser.

« Bonsoir. Entre, je t’en prie. ».

Un brin de politesse n’a jamais tué personne et bien qu’il soit la majeure partie du temps imbu de sa personne (il a tendance à trop se perdre dans ce jeu), au fond il ne l’est pas véritablement. On l’a fait devenir comme ça. Il s’est forcé, à devenir comme ça. En définitive ça protège de pas mal de choses, et ça évite l’attachement. Être détesté de l’autre empêche d’accumuler des faiblesses, et connaissant les ennemis qu’il a en ce bas monde, c’est mieux ainsi. Il n’est pas malheureux. Du tout.

« Tu veux boire quelque chose ? ».

Tout en lui posant la question, il l’invite à pénétrer dans son bureau duquel il referme la porte derrière lui sans utiliser ses mains, ces dernières à nouveau croisées dans son dos et attendant une réponse. Le nécessaire pour boire se trouve déjà sur une petite étagère non loin de là. Il a de l’alcool extrêmement cher et des boissons soft. Elle n’a qu’à choisir. D’une main, malgré tout, il vient desserrer la cravate noire à peine visible sur sa chemise d’un noir tout aussi profond. Pas besoin de se montrer aussi élégant pour ce qui va suivre. Aucun ustensile étrange ne vient troubler le décor, pas même un objet magique. Rien. Tout est propre. Sans doute trop propre, mais tout suinte la sorcellerie entre ces murs. L’aura noire qui entoure constamment Ethain se sent encore plus dans les pièces fermées. Il en a conscience. Il ne le sait que trop bien. Et il en joue. Inlassablement.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Help me close my eyes
Fionola Koskinen



Hellcome to Paris! Le barbecue c'est par-ici.
DATE D'INSCRIPTION : 28/06/2016
MESSAGES : 389
PROFESSION : Serveuse dans un bar-restaurant le jour, dans une boîte de strip-tease la nuit


MessageSujet: Re: ETHIOLA ▲ Don't make any sudden moves   Sam 3 Sep - 16:11


Don’t make any sudden moves
Fionola & Ethain

Il lui avait donné rendez-vous. Elle aurait pu ne pas y aller. Elle aurait pu lui dire, ou du moins lui faire comprendre, qu’elle ne pouvait pas. Car elle ne faisait pas que travailler dans ce restaurant où ils s’étaient « rencontrés ». Pour pouvoir survivre dans ce Paris presque plus impitoyable que celui qu’elle avait connu, elle était obligée d’avoir deux emplois. Si elle ne travaillait cependant pas tous les soirs, elle aurait très bien pu être dans l’obligation de le faire ce jour-là. Heureusement pour le sorcier, ce n’était pas le cas. Car si son patron « de jour » était des plus agréables avec elle, elle ne pouvait pas en dire autant de sa patronne « de nuit ». Si le premier l’aurait laissé aller à ce rendez-vous, pour la seconde, ça aurait été hors de question. Elle avait fini son quart depuis plusieurs heures. Elle était rentrée chez elle. Toute personne normale aurait fouillé dans ses placards pour trouver la meilleure tenue pour un rendez-vous avec Monsieur Walshe. Mais pas elle. D’une parce qu’elle ne possédait pas une robe ou un tailleur suffisamment chic pour pouvoir donner le change. De deux parce qu’elle l’avait vu plus bas que terre et qu’il avait été malgré tout capable de lui tendre la main et de l’aider. Il avait fait preuve de bonté et de gentillesse à son égard. De trois parce que Nola ne voulait simplement pas être forcée à se faire belle, elle voulait le faire de son plein gré, pour une personne qui comptait. Et, malgré toute l’affection qu’elle avait eu un jour pour Ethain, une seule personne avait eu ce privilège… Même si à l’époque, se faire belle ne revenait pas à grand-chose. Pas de grande robe, pas de maquillage. Ils n’avaient rien de tout cela. Et n’en avaient pas besoin. Ils avaient eu juste besoin d’eux-mêmes… jusqu’au jour où on l’avait privée de sa présence.

Elle se détourna de la fenêtre crasseuse près de laquelle elle se tenait. Son regard s’était perdu dans le vide alors qu’elle se remémorait son passé, le futur. Konan lui manquait. Chaque jour, chaque heure, chaque minute et chaque seconde depuis qu’elle l’avait perdu. Son absence avait creusé un vide dans son cœur que jamais rien ne pourrait combler. Elle n’aimerait qu’une fois. Elle en était persuadée. Cela faisait des années maintenant qu’il n’était plus là. La période de deuil était passée… mais la conviction était toujours là. Elle poussa un léger soupir. Elle fit quelques pas dans son minuscule appartement. Il se trouvait sous les combles d’un vieil immeuble, à peine chauffé en hiver, pas assez isolé en été. Les sanitaires étaient sur le palier et elle avait à peine une plaque électrique pour se cuisiner quelque nourriture. Pour la cuisinière qu’elle avait été, c’était un sacrilège… mais elle n’avait pas de quoi se payer plus que cela. Elle s’empara d’une serviette éponge et de son savon avant de refermer la porte derrière elle.

Très vite, elle fut un minimum présentable, vêtue d’un large tee-shirt gris perle et d’un pantalon slim noir. La pointe de ses cheveux était encore légèrement humide quand elle se présenta à l’adresse qu’Ethain avait écrit sur le morceau de papier. Devant, elle vérifia qu’elle était au bon endroit avant d’inspirer une goulée d’air et de presser le bouton de la sonnette. La porte s’ouvrit sur un couloir brièvement vide. Elle avait presque l’impression d’être revenue dans le futur, où les portes s’ouvraient toutes seules, mais elle savait mieux. Elle savait qu’Ethain était sorcier. Ouvrir une porte à distance ne devait pas être si catastrophique alors qu’il était capable de la débarrasser de ses cauchemars. Puis, après une fraction de seconde, il se découpa dans le couloir. Bonsoir. Entre, je t’en prie. Sans se le faire dire deux fois, elle pénétra dans l’appartement. Son regard passa rapidement sur ce qui l’entourait avant de revenir vers le sorcier. Elle était prudente, mais pas effrayée ni inquiète. Certes l’homme qu’elle avait eu en face d’elle n’était pas le même que celui qu’elle avait connu auparavant… mais il avait le même cœur, là, quelque part. Et, à défaut d’autre chose, sa curiosité le pousserait à la garder en vie pour un temps. Sauf s’il avait moyen d’animer son cadavre pour la faire parler… mais elle ne préférait pas y penser.

Tu veux boire quelque chose ? Elle le suivit jusque dans le bureau puis lui refit face une fois la porte fermée. Elle secoua légèrement la tête. Non, elle n’avait pas soif. Peut-être à cause de l’atmosphère saturée de magie de la pièce. Cette fois, elle s’attarda un peu plus sur ce qui l’entourait, pourtant rien ne laissait penser à un artefact magique. Ses yeux finirent, à nouveau, par retomber sur le sorcier. Elle pencha légèrement la tête sur le côté, dans une interrogation muette. Elle le savait magicien. Mais quelque chose dans l’ambiance lourde de la pièce n’avait rien à voir avec ce dont elle se souvenait. Elle aurait aimé pouvoir parler. Elle aurait aimé pouvoir lui demander ce qu’il s’était passé pour qu’il ressemble si peu à celui qu’elle avait connu. Mais elle en était incapable. Elle pouvait juste espérer qu’il la comprenne, d’une façon ou d’une autre.



FICHE PAR SWAN. OPTIMISATION LUNATIC CAFE.


_________________
You were a star, my dear, the brightest in all the skies. But stars burn out, my dear, and everything golden dies. © Candy Apple
raising away the darkness
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Help me close my eyes
G. Ethain Walshe



Team Citrouille
DATE D'INSCRIPTION : 05/06/2016
MESSAGES : 1389
PROFESSION : Toucheur de nouilles professionnel... Ah non pardon je lis pas la bonne phrase du script. - PRODUCTEUR
LOCALISATION : Son superbe appartement avec vue sur le champ de mars et la Tour Eiffel


MessageSujet: Re: ETHIOLA ▲ Don't make any sudden moves   Sam 10 Sep - 13:52



Don't make any sudden moves.

FT. FIONOLA  KOSKINEN



Elle signe à la négative et il n’insiste pas. D’un geste nonchalant, ses doigts s’emparent d’une bouteille de vin et il fait glisser le liquide carmin à l’intérieur d’un grand verre de cristal. Il adore le café mais avec le temps il a développé un véritable attrait pour le vin rouge raffiné. Une fois le verre entre ses mains, le sorcier vient le porter à ses lèvres et vient s’asseoir derrière son bureau, invitant Fionola à faire de même. Elle n’allait très certainement pas rester debout à l’interroger du regard sur ce qui émane de lui et de la pièce. Elle n’a certes visiblement pas la faculté de parler mais son regard en dit long et il l’a plus ou moins compris, se contentant de pencher la tête sur le côté. Ce genre d’éclat dans ses prunelles ne peut signifier qu’une seule chose : il est différent de celui qu’elle a connu ou pense avoir connu. Déposant le verre de vin sur le bureau, Ethain plisse le nez et repose ses yeux sur la blondinette. « On pourrait presque croire que tu as vu un mort. ». A ses propres mots, il esquisse un sourire qui dévoile ses dents blanches et il vient croiser sa jambe au-dessus de l’autre. « C’est la magie que tu sens. Sur certaines personnes ça pèse comme une véritable enclume, sur d’autres ça intrigue ou ça fascine au point de se jeter corps et âmes dans vos bras. Je ne le commande pas, c’est là. C’est tout. ». En réalité, ce n’est probablement qu’un side effect de toute la magie noire accumulée, ou bien du pouvoir, il n’en sait trop rien. Il sait juste que ça va avec tout le package de sa capacité particulière. Il prend une nouvelle gorgée de vin et se racle la gorge sans la quitter du regard. « D’ailleurs, tu ne sembles même pas sourciller, j'en déduis que tu es déjà au courant. ».

Ethain décroise les jambes et se lève alors de son siège pour contourner le bureau et venir s’y asseoir juste à côté d’elle, pour être à ses côtés et mieux pouvoir encore la regarder. « J’ai beau y réfléchir il n’y a strictement rien qui me revient. Rien. Pourtant je sais que cette chevelure est loin de m’être inconnue. Je le sais, mais rien ne revient. ». Il soupire, comme contrarié mais pas agacé cette fois, marque une courte pause avant de reprendre. « Je ne peux pas te donner la voix… Ou la rendre. J’ignore exactement si tu parlais avant ou non. Mais j’ai un moyen pour que l’on puisse tous les deux mettre les choses au clair. ». Il se redresse, croise les bras et se met à faire les cent pas dans la pièce. « Ca m’a pris du temps à trouver la bonne incantation pour y parvenir, et beaucoup de concentration. A dire vrai je ne suis même pas certains que ça va marcher… Mais qui ne tente rien n’a rien. ». Le sorcier claque alors des doigts et deux verres apparaissent devant elle, sur le bureau. A l’intérieur, un liquide laiteux qui ne paraît pas très ragoûtant.  Tandis qu’elle observe les deux verres, Ethain se rapproche et vient arracher un cheveu de la tignasse dorée, comme ça sans prévenir, mais il ne la met pas dans l’un des verres, son geste reste suspendu et il repose ses ébènes dans les prunelles opposées. « Si tu m’y autorises, il y a un moyen pour que tu puisses tout m’expliquer. Disons que cela fonctionne comme une sorte de projection. Si tout fonctionne correctement, je t’accompagnerai dans l’un de tes souvenirs. Ou plutôt dans ton subconscient. Tu seras totalement maître de l’endroit où tu voudras qu’on se rende, et des images que tu voudras me montrer. Je ne serai qu’un simple spectateur, un invité dans ta tête, mais nous pourrons interagir et parler, entre nous. ». Il sourit, conscient qu’il pourrait simplement la forcer à boire, mais cela ne serait pas très fairplay, et comme il lui a dit, elle seule sera maître de ce qu’elle voudra lui montrer ou non. Il ne pourra rien faire une fois dans sa tête, juste observer et constater tout ce qu’elle ne peut raconter par le biais de l’usage de la parole. Il ignore tout d’elle, jusqu’à son prénom. Tout est à refaire. Mais il ne fera rien sans son accord.

Le cheveu de Fionola toujours entre ses doigts, il retourne s’asseoir et dépose ce dernier dans un petit sachet en plastique le temps qu’elle se décide. Silencieux, Ethain la laisse réfléchir et récupère son verre de vin qu’il boit tranquillement. Le soleil est encore loin de décliner dans le ciel, même si les 17h sont bien passées depuis. Qu’on se le dise, le sorcier n’est pas vraiment du genre à tenir sa parole, enfin disons plutôt que si sa vie venait à être menacée il pourrait largement revenir sur ses mots, mais ils ne sont pas dans ce genre de situation alambiquée. Ils ne sont pas dans une situation de grand danger. Certes, Ethain n’appréciera peut-être pas de voir l’image de lui dans ce souvenir, dans ce futur, mais il ne pourra jamais tenir Fionola pour responsable. Jamais. Silencieusement, les doigts de sa main libre tapotent sur la surface transparente du riche bureau. Ses lèvres trempent dans le liquide rouge et jamais ses ébènes ne cessent de contempler la jeune femme. Il lui faut une réponse.

« J’ai ton autorisation ? Partante… Ou non ? ».

Le suspense est à son apogée. Il n’a rien de mieux à lui proposer.

Ce n’est qu’une fois l’accord de la blonde obtenu qu’il dépose le cheveu dans le premier verre, s’en arrachera un à son tour et le positionnera dans le second. Celui contenant le premier est conservé près de lui, le second est pour elle. Ils doivent boire la potion en entier jusqu’à la dernière goutte, ce qui les plongera dans une sorte de transe, ou de sommeil dès lors qu’il récitera l’incantation. Puis, en voyant la tête de la jeune femme, il précisera. « Ne fais pas cette tête, je l’ai parfumé à la fraise tagada. ».





_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Help me close my eyes
Fionola Koskinen



Hellcome to Paris! Le barbecue c'est par-ici.
DATE D'INSCRIPTION : 28/06/2016
MESSAGES : 389
PROFESSION : Serveuse dans un bar-restaurant le jour, dans une boîte de strip-tease la nuit


MessageSujet: Re: ETHIOLA ▲ Don't make any sudden moves   Sam 24 Sep - 14:39


Don’t make any sudden moves
Fionola & Ethain

Il lui fit signe de s’asseoir. Elle ne lui obéit pas tout de suite. Ses yeux restaient interrogatifs, puis, finalement, elle prit place sur la chaise en face de lui. Elle se sentait mal à l’aise. Non pas tant par sa présence ici, ou cet endroit, mais bien à cause d’Ethain. Ce sorcier qui était si différent de celui qu’elle avait connu autrefois. Que lui était-il arrivé entre cet instant et l’avenir pour être ainsi changé ? C’était à peine si elle le reconnaissait, malgré ce visage tellement semblable. Cette ombre sur lui, tellement autre que ce qu’elle lui avait connu. Comment avait-il pu s’en débarrasser, ou du moins l’enfouir loin au fond de lui, pour qu’elle ne la perçoive pas dans ce futur qui était son passé ? Tout comme lui, elle avait l’impression d’avoir loupé quelque chose, qu’il lui manquait une pièce du puzzle. Si elle en savait plus que lui, il n’en restait pas moins qu’elle ne connaissait pas tout. On pourrait presque croire que tu as vu un mort. A son sourire, elle plissa les lèvres. Elle aurait tout aussi bien pu avoir vu un mort, en effet. Ou presque la mort. La magie qui émanait d’Ethain était pesante et dangereuse. C’est la magie que tu sens. Sur certaines personnes ça pèse comme une véritable enclume, sur d’autres ça intrigue ou ça fascine au point de se jeter corps et âmes dans vos bras. Je ne le commande pas, c’est là. C’est tout. La moue qu’elle esquissait témoignait bien du fait qu’elle ne croyait pas un mot de ce qu’il racontait. Oh, peut-être qu’il ne la commandait pas, certes. Mais il en était malgré tout la source même. S’il avait usé de sa magie autrement certainement qu’elle n’aurait pas été telle. D’ailleurs, tu ne sembles même pas sourciller, j'en déduis que tu es déjà au courant. Elle poussa un léger soupir et hocha la tête. Oui, elle était déjà au courant.

Nola le regarda se lever et venir se positionner juste à côté d’elle. Elle ne put s’empêcher de faire reculer sa propre chaise dans un raclement, pour remettre un peu de distance entre eux. Si elle lui avait fait confiance pour apaiser ses nuits, il y a longtemps, l’ombre qui planait sur lui lui avait retiré ce cadeau. C’était une réaction instinctive. Tant à cause de la magie ténébreuse qui suintait de lui, que de cet empiétement sur son espace vital. J’ai beau y réfléchir il n’y a strictement rien qui me revient. Rien. Pourtant je sais que cette chevelure est loin de m’être inconnue. Je le sais, mais rien ne revient. Elle le laissa parler. Après tout, elle n’avait pas trop le choix. Elle ne pouvait pas l’interrompre. Je ne peux pas te donner la voix… Ou la rendre. J’ignore exactement si tu parlais avant ou non. Mais j’ai un moyen pour que l’on puisse tous les deux mettre les choses au clair. Elle fronça les sourcils. Elle craignait le moyen qu’il allait bien pouvoir employer. Autrefois, elle n’aurait jamais rechigné à suivre ses conseils et propositions… mais pas aujourd’hui. Ca m’a pris du temps à trouver la bonne incantation pour y parvenir, et beaucoup de concentration. A dire vrai je ne suis même pas certains que ça va marcher… Mais qui ne tente rien n’a rien. Ca ne faisait rien pour la rassurer, bien au contraire. Si lui-même était incertain de la chose et de ses potentiels effets secondaires, elle n’avait guère envie de s’y essayer.

D’un claquement de doigts, il fit malgré tout apparaitre deux verres remplis d’un liquide laiteux à l’apparence peu ragoutante. Malgré ses protestations muettes. Bien au contraire, il en profita pour lui arracher une mèche de cheveux. Elle le fusilla du regard et porta ses doigts à la zone douloureuse de son cuir chevelu. Si tu m’y autorises, il y a un moyen pour que tu puisses tout m’expliquer. Disons que cela fonctionne comme une sorte de projection. Si tout fonctionne correctement, je t’accompagnerai dans l’un de tes souvenirs. Ou plutôt dans ton subconscient. Tu seras totalement maître de l’endroit où tu voudras qu’on se rende, et des images que tu voudras me montrer. Je ne serai qu’un simple spectateur, un invité dans ta tête, mais nous pourrons interagir et parler, entre nous. Elle soutint son regard sans broncher, le suivit des yeux quand il repartit vers son verre de vin. Elle avait envie de lui dire « mais comment veux-tu que je te fasse confiance ? », mais bien évidemment, aucun mot ne pouvait sortir d’entre ses lèvres. J’ai ton autorisation ? Partante… Ou non ?

Fionola poussa un soupir. Elle ne pouvait pas vraiment lui dire non. Elle le savait aussi. Si elle disait non, il la poursuivrait jusqu’à avoir la réponse, d’une façon ou d’une autre. Elle détourna finalement ses prunelles des siennes et les reposa sur le duo de verres. Elle hocha la tête, mollement, presque par dépit. Elle n’avait pas vraiment le choix. Il vint alors déposer un de leur cheveu à chacun dans chacun des verres. Le second lui était dédié. Elle allait devoir boire ce mélange infâme pour le satisfaire ? Elle poussa un soupir et attira malgré tout le verre vers elle. Ne fais pas cette tête, je l’ai parfumé à la fraise tagada. Elle haussa un sourcil, ne comprenant pas la référence. Dans le futur, elle avait été bien trop pauvre s’offrir ce genre de friandises – même si elle l’avait pu, elle ne l’aurait pas fait, soit dit en passant… bien trop chimique comme truc et si peu naturel – et aujourd’hui, c’était toujours le cas. Elle poussa un nouveau soupir et trempa ses lèvres dans le breuvage. Une grimace, mais elle poursuivit son geste, vidant le verre. Et maintenant, il se passe quoi ? Elle avait bu, mais il ne lui avait pas expliqué comment ils atteindraient ses souvenirs.



FICHE PAR SWAN. OPTIMISATION LUNATIC CAFE.




_________________
You were a star, my dear, the brightest in all the skies. But stars burn out, my dear, and everything golden dies. © Candy Apple
raising away the darkness
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Help me close my eyes
G. Ethain Walshe



Team Citrouille
DATE D'INSCRIPTION : 05/06/2016
MESSAGES : 1389
PROFESSION : Toucheur de nouilles professionnel... Ah non pardon je lis pas la bonne phrase du script. - PRODUCTEUR
LOCALISATION : Son superbe appartement avec vue sur le champ de mars et la Tour Eiffel


MessageSujet: Re: ETHIOLA ▲ Don't make any sudden moves   Dim 9 Oct - 18:56



Don't make any sudden moves.

FT. FIONOLA KOSKINEN



Le sorcier se sent très apprécié, lorsque Nola recule sa chaise pour s’éloigner de sa personne. Il a bien conscience de ne pas avoir été un exemple d’amabilité lors de leur première rencontre dans ce restaurant, mais tout de même, il n’en est pas malpoli pour autant. Lèvres plissées, Ethain croise les bras contre son torse et ne cesse de la scruter, déblatérant tout son monologue, son idée, faisant son show. Alors qu’il lui explique son plan, il sent bien que c’est la méfiance qui règne dans la pièce en plus de son aura noire. Il ne ment pas lorsqu’il dit ne pas en être responsable. En réalité, c’est plus compliqué que cela, ça émane de lui et il pourrait faire en sorte de la passer inaperçue, mais il n’en ressent nullement l’envie. Il n’est pas du genre à vouloir cacher ce qu’il est, sa véritable nature. Conscient que la blondinette ne passerait peut-être pas le cap s’il ne forçait pas un peu la chose, le sorcier fait apparaître deux verres au contenu peu ragoûtant et vient lui arracher un cheveu de sa boîte crânienne. A sa mine contrariée, il en déduit que ça a fait son petit effet et ne s’en formalise pas, parce qu’au fond, il s’en fiche. Ni de une ni de deux, la mèche est déposée dans l’un des verres et il fait de même avec lui. Il observe Fionola le fusiller du regard et lui offre un sourire pour toute réponse. « Tu me remercieras plus tard. ». Il lit l’incompréhension sur ses traits et entend son énième soupir qu’il vient imiter. « Pour la fraise tagada, je veux dire. ». Ethain hausse soudainement les épaules en levant les yeux au ciel puis boit sa mixture cul sec après s’être assuré que Nola n’en avait pas oublié une seule goutte.

« Bien. ».

Lentement, il contourne le bureau et vient s’asseoir sur son fauteuil, claque une nouvelle fois des doigts puis voit un coussin apparaître du côté de la blonde. « Tu pourrais avoir besoin de ça pour éviter de te cogner subitement la tête. ». Oui, le but est bien évidemment de dormir, c’est optimal pour se plonger dans un souvenir précis et pouvoir y naviguer convenablement sans risquer quoi que ce soit. Celui qui court le plus de risque ici, c’est bel et bien lui, même s’il s’est assuré que personne ne puisse pénétrer dans cet appartement pendant toute la manœuvre. Protection magique de mise. Le jeune homme (en apparence) rapproche son siège du bureau et commence à réciter son incantation qu’il connait par cœur, va jusqu’au bout de cette dernière. A peine a-t-il prononcé le dernier mot qu’il pince les lèvres. « Huh… Je me suis peut-être trompé d’une… ». Il n’a pas le temps de terminer que le décor autour de lui a changé. Il n’est plus assis, mais bel et bien debout dans une ruelle qui ne ressemble à rien de ce qu’il connait. « …Phrase. ». A bien y réfléchir et à en observer l’environnement qui l’entoure, non, il ne s’est pas trompé, mais tout ceci a quelque chose de troublant. C’est censé être ça le futur ?

Ethain tourne la tête à droite, puis à gauche, se fait traverser par un habitant aux vêtements douteux et tressaille. Damn, ça chatouille, qu’il pense pour lui-même en cherchant la jeune femme des yeux. Il est dans un de ses souvenirs, mais elle, elle est où ? « Fionola ? ». S’il n’avait pas pris la peine de soudoyer le serveur pour obtenir son prénom il ne saurait même pas par où commencer pour l’appeler. Comme quoi, il faut toujours se débrouiller par soi-même et ne compter que sur soi. D’un soupir las, il laisse ses mains claquer contre ses cuisses de dépit et d’exaspération. « Te cacher ne sert à rien ici, je suis dans ta tête je te rappelle ! Plus vite on en aura fini mieux ce sera pour toi je te promets. J’ai les moyens de te filer une bonne migraine… Tu sais. ». Oh, ça il ne ment pas en disant une chose pareille, il ne le ferait peut-être pas mais il en possède clairement la capacité, comme il l’a dit, ils sont dans sa tête et pas dans la sienne à lui (pour sa santé mentale, il vaut mieux, en fait.). En attendant que la blonde daigne bien se montrer, le sorcier se met à errer dans les rues. Personne ne le voit et personne ne l’entend, ils ne sont même pas dans la réalité, juste dans un souvenir. Du moins une sorte d’image animée de ce souvenir. Il ignore ce qu’elle espère lui montrer mais tout ce qu’il y a ici, ce n’est que la misère. Il n’a pas encore remarqué la silhouette pourtant familière qui se tient non loin de là, à l’angle d’une ruelle, le visage couvert de suie et le costume déchiré. Nul doute que lorsqu’il comprendra il ne va pas foncièrement être ravi.

« Nola, je n’ai pas toute la journée alors montre-toi et dis-moi que tu es en capacité de parler. » qu’il bougonne en se pinçant l’arête du nez, à peine à quelques mètres de son propre jumeau.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Help me close my eyes
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: ETHIOLA ▲ Don't make any sudden moves   

Revenir en haut Aller en bas
 
ETHIOLA ▲ Don't make any sudden moves
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tommy | Please don't make any sudden moves, you don't know the half of the abuse.
» Make the Evolution V4
» Sudden Strike et Sudden Strike II
» Show me your moves!
» Make some NOISE !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'instant funèbre :: 
BIENVENUE A PARIS
 :: NORD - OUEST :: Parc Monceau
-
Sauter vers: