Entre nuit et aube ♰ (RACHELLE & MAYA)
WINTER IS COMING
Pour encourager le forum, vous pouvez voter et publier sur bazzart et PRD ici !
Pour les détenteurs de multi-comptes, n'oubliez pas de connecter régulièrement ces derniers !
Chers invités, n'hésitez pas à reluquer nos scénarios ! Beaucoup de rôles importants sont attendus pour IF !

Partagez | 
 

 Entre nuit et aube ♰ (RACHELLE & MAYA)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Help me close my eyes
Invité



Invité

MessageSujet: Entre nuit et aube ♰ (RACHELLE & MAYA)   Sam 4 Juin - 22:40


     
She twines her spines up

                And when I touched her skin my fingers ran with blood.  

       

Parc Montsouris, juin 1990


Les nuages s'effilochaient sur un fond de velours noir. Ou de satin sombre ; de ceux qui tapissent les cercueils et font irradier les peaux laiteuses. De ceux que Maya allait parfois admirer en imaginant ses victimes, et en se disant que d'ici dix ans, elle bosserait peut être là-bas, aux pompes funèbres. « Quoique les sanglots de veuve et d'orphelins, c'est vraiment pas mon truc. » La truffe au vent, prunelles levées, elle se frayait un chemin dans le bois, flairant les relents capiteux d'un mourant au clair de lune. La Faucheuse empuantissait l'air sur son passage ; Maya le sentait. À peine sortie du boulot qu'elle attaquait l'autre. À sa plus grande joie.
Snif, snif.
Le museau se fronça et remua. Une manie. Au fond, cela se jouait à l'aura, à l'instinct, mais Maya aimait se donner l'air d'un prédateur redoutable au pistage. Quand bien même la proie était simple à débusquer. D'ailleurs, tout prêt, il devait y avoir son clochard, un pauvre type au bord du gouffre, prêt à gerber ses tripes, pas assez thuné pour aller chez le toubib, et dont l'âme, aux abois, perçait les feuillages et guidait Maya. Rictus à la commissure et l'œil brillant. Enhardie. La langue frottant sur les dents, derrière les lèvres closes, s'impatientant à la seule pensée de cette énergie prête à l'emploi, quasi-offerte. Une satisfaction macabre lui hérissa le poil ; « Qu'est-ce que je fais bien mon boulot ! ».
Lucesme serait – était certainement –  fier. Maya en gambadait presque, mais l'aura s'étiola et la prit de court. Elle rebroussa chemin. Ses talons raclèrent les épines éparses du sous-bois tandis qu'elle humait l'air en pestant. Puis, alors qu'elle déboulait au bord du lac, quittant les cieux déchiquetés par les cimes, elle les vit. Un de ses pairs, dissolvant la chair de sa mignardise. Un hurlement franchit ses lèvres. De la fureur, bien qu'on aurait pu aisément le prendre pour de l'effroi.
« NON ! Mais il était À moi ! POUR moi ! » protesta-t-elle en tapant du pied.
Sa voix s'erraillait en montant dans les aigus. Les sourcils froncés, un éclat furibond dans les prunelles, une moue boudeuse sur les lèvres, Maya se muait en l'éternelle enfant qui l'habitait. Trois mois ; trois mois qu'elle rôdait comme un vautour en inoculant à ce déguenillé grippes et gastros successives. Et il était là ; les yeux révulsés, la gueule grande ouverte sur des râles, et la moitié de la tronche fondue. Impossible de récupérer son âme dans ses conditions.
Maya se pinça l'arrête du nez, les paupières closes puis, inspira profondément. D'accord, c'est pas grave. Il y en a d'autres. Il y en a partout. C'es pas GRAAAaaave. La voix du démon lui venait par à-coups. Mais quand même, il fait chi... Des serres se refermèrent sur son bras. Maya ouvrit de grands yeux et se débattit comme une furie.
« MAIS LÂCHE-MOI BON SANG ! »
Le mollusque semblait lui faire des excuses, bien qu'elle n'en avait cure. Maya gueula à gorge déployée, d'un cri si strident qu'il aurait pu lézarder les cieux. Des bruissements effleurèrent ses tympans. Le démon la lâcha. Elle s'affala dans un bruit sourd, le nez froncé de douleur et de fureur mêlées, saturé de la poussière soulevée dans sa chute. Il y eut des pas, lourds, puis plus légers et précipités.
Derrière, le vas-nu-pieds avait cessé de gémir.

       

       

       
code par SWAN - gif tumblr
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Help me close my eyes
Rachelle F. Delacroix



Hellcome to Paris! Le barbecue c'est par-ici.
DATE D'INSCRIPTION : 22/01/2016
MESSAGES : 570
PROFESSION : Elle ne travail pas. Elle participe à des combats illégaux. Parfois elle vole. Et de temps en temps, elle magouille.
LOCALISATION : Dans tes fesses.


MessageSujet: Re: Entre nuit et aube ♰ (RACHELLE & MAYA)   Dim 5 Juin - 11:49


Entre nuit et aube



La nuit étend son règne sur la ville. L'obscurité ouvre un champs de possibilité infini sur les atrocités de ce monde. La nuit appelle les créatures les plus viles. En fais-tu partie? Non. Pas pour l'instant. Tu déambule dans les rues, accompagnée de Savannah. Ce moment si simple, si futile, suffit à te combler de joie. Alors pourquoi ce trou en toi ne disparaît pas? Tu aimerais pouvoir lui dévoiler l'absolu vérité. Celle qui te ronge depuis si longtemps. Mais tes lèvres demeurent scellées sur ce secret. Pourtant une part de toi le devine... Elle le sait déjà. Elle te connait si bien. Elle refuse simplement de voir la vérité. Elle refuse de briser ce lien. Et toi, tu ne la sens tout simplement pas prête. Alors tu garde le silence. Toujours.

— On devrait se séparer.

Ces mots, abruptes, te figent sur place. Tes claires prunelles dévoilent ton incompréhension et ton estomac se tord.

— Je vais prendre le côté ouest. Prend le côté est. On se rejoins chez-moi au levé du soleil.

Ton soulagement n'est qu'éphémère. Vous séparer... Couvrir plus de terrains. Il en était toujours ainsi. Cela ne te surprend qu'à peine. Bien que ça devient de plus en plus fréquent. Elle s'éloigne et tu la regarde partir. Tuer ton amant ne lui a pas suffit. Elle semble toujours t'en vouloir. Tu as dévié de la mission, Rachelle. Tu ne devais pas faillir. Tu devais rester forte et tu as honteusement cédé. Et tes efforts ne semblent pas suffire.

Une petite mort t'enserre et te berce alors que tu déambule, seule, dans les boyaux tortueux de la capitale. Pieu à la main, tu tends l'oreille. Tes sens aiguisés cherchent un signal. Une alerte. Plus que tout, tu as besoin de te défouler. Cette rage qui, doucement s'éveille, empoisonne ton cœur. Un cri dans la nuit. Tu l'entends et tes jambes s'activent aussitôt.

Tu file comme l'éclair. Déterminée et assurée, tu te laisse guidée par les sons, les odeurs. Tu trouve la source de cet appel nocturne et tu vois. Cette jeune fille sur le sol. Ce démon qui n'attends que toi. Tu souris car enfin ta violence va pouvoir se déverser. Tu abandonne le pieu sur le sol. Le tuer trop rapidement n'est pas une solution. Non. Tu veux faire durer le plaisir. Alors avec cette satisfaction malsaine tu te lance au combat. Mais en dépit de ta volonté... le combat te semble inégal. Trop facile. Il ne s'écoule qu'une minute avant que tu ne remporte le combat et qu'il s'écroule au sol. Tu n'a même pas eu à donner le meilleur de toi-même. Tu n'a même pas eu besoin d'expulser ta rage et la frustration te gagne. Tu pense ce démon bien faible sans comprendre que tu as prit en puissance et en rapidité.

Un soupir exaspéré franchit la barrière de tes lèvres et tu t'approche de la jeune fille. Ta mission t'oblige à t'assurer qu'il ne lui ai rien arrivé. Pourtant tu veux déjà repartir pour botter des culs.

— T'es entière? que tu questionne platement.






_________________

Despite this cruel world

If you are dreaming, I never want to wake you up.

Sometimes I doubt the path I chose. Sometimes my dreams feel all on hold. There's no doubt that this will make me strong. Because it's the hardest thing I've ever done.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Help me close my eyes
Invité



Invité

MessageSujet: Re: Entre nuit et aube ♰ (RACHELLE & MAYA)   Mar 7 Juin - 11:59


She twines her spines up

And when I touched her skin my fingers ran with blood.


Parc Montsouris, juin 1990


L'arrivée de la jeune femme la laissa pantoise. On aurait pu croire que sa mâchoire s'était subitement disloquée et, la gueule grande ouverte, le démon au fond de son âme saccageait ses entrailles. Lui lardait la panse pour en sortir.
« C'EST LA TUEUSE BORDEL. » Une peur panique lui rongeait les sangs, la convainquait de se travestir en Massayel. Autant signer son arrêt de mort ; mais déjà, ses cheveux prenaient un éclat doré au clair de lune, et ses yeux brillaient d'une lueur surnaturelle. Vite. Un sursaut d'intelligence lui fit clore les paupières. « Argh ! Et pour les cheveux ? » Ses pognes se crispèrent sur ses racines, au moment même où la Tueuse tournait la tête vers elle.
Maya entreprit de se balancer d'avant en arrière comme une attardée. Elle avait souvent vu les humains faire ça lorsqu'ils cédaient à la panique, et ils répétaient inlassablement : « oh mon dieu, oh mon dieu, oh mon dieu, qu'est-ce qu'il s'est passé ? ». Ça ne rimait à rien, pour elle – mais autant essayer.
« Par Jésus Christ... »
Ils disaient vraiment ça ?
« ... il s'est passé quoi ? »
Maya feignit l'effroi et tenta un sanglot digne d'une drama queen en fin de carrière. « Roh oui, c'était bien, ça. » se dit-elle d'un air satisfait. Exit les pompes funèbres, le cinéma lui conviendrait bien plus – autant que la sorcellerie, en fait. La peur ardente qui lui striait les viscères s'était calmée, maintenant. Maya se risqua à une œillade vers son petit clochard mort un peu trop tôt, eut un frémissement forcé, et leva de grands yeux humides vers la Tueuse. Pour l'amadouer, l'attendrir... Bref, pour tout, sauf avoir l'air coupable.
« T'es entière ? qu'on lui demanda »
Et la mâchoire de Maya tomba une nouvelle fois, outrée par le ton neutre et morne de sa prétendue sauveuse.
« VOUS DITES ÇA COMME SI VOUS DEMANDEZ LE PRIX DES POMMES DE TERRE ! EST-CE QUE J'AI L'AIR D'UNE PATATE ? »
Respiration sifflante, quelques gémissements. Maya pointa du doigt son ex-victime et pleura de plus belle – mais cette fois, c'était de vraies larmes qui lui inondaient les joues. Quel gâchis ! Cet enfoiré d'Acidator l'avait bien mérité.
« C'est la pire soirée de ma viiiie..., pleurnicha-t-elle en collant ses poings sur ses yeux poisseux. »
C'était vrai. Jamais Maya ne s'était sentie aussi seule, démunie ; et jamais aucun autre gars ne s'était octroyé le droit de pourir ses victimes. Bon sang ! Les types qui déambulaient avec la morve au nez, c'était à elle, et ça se voyait ! Comment l'autre abruti avait-il pu confondre ?
« SINON OUI JE SUIS ENTIÈRE. »
Maya ne savait pas pourquoi elle gueulait ainsi. La déception et la rage mêlées à une crainte passée, sûrement. Dans tous les cas, c'était ridicule, et si elle faisait tout pour avoir des réactions normales, elle avait juste l'air d'une folle.
« JE SUIS MÉDECIN ! »
On s'en fout.
« Je veux dire... faudrait voir si on peut faire quelque chose pour lui, qu'elle ajouta dans un petit filet de voix. »
Tentative pitoyable pour focaliser son attention sur le gueux. Maya se traîna à quatre pattes jusqu'au cadavre, posa deux doigts sur ce qu'il lui restait de cou et lança un regard circonspect à la Tueuse.
« Il est mort, fit-elle d'un ton expert. »
Sans déconner...



code par SWAN - gif tumblr
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Help me close my eyes
Rachelle F. Delacroix



Hellcome to Paris! Le barbecue c'est par-ici.
DATE D'INSCRIPTION : 22/01/2016
MESSAGES : 570
PROFESSION : Elle ne travail pas. Elle participe à des combats illégaux. Parfois elle vole. Et de temps en temps, elle magouille.
LOCALISATION : Dans tes fesses.


MessageSujet: Re: Entre nuit et aube ♰ (RACHELLE & MAYA)   Ven 1 Juil - 0:11


Entre nuit et aube



Tu redoute toujours ces moments-là. Tu les déteste vraiment... Quoi, comment, qu'est-ce qui s'est passé... Elle était là, elle a tout vu... Si elle a des problèmes, elle peut toujours aller voir un opticien. Mais tu le sais bien... le problème ne vient pas de là. La réalité est souvent trop dure à encaisser, toutefois, tu n'es ni son amie, ni sa mère, ni rien du tout. Alors tu te contente de rouler des yeux. Tu pourrais la laisser là... Oui. Tu pourrais... Et tu pense à Savannah. Si elle trouve la petite en état de choc... La chasseuse risque de t'arracher les oreilles. Alors tu tente une approche plus douce. Une entrée en sociabilité. Tu lui demande si elle est entière, d'une façon plate et monocorde. Après tout... le but est bien de la sauver, non? Alors si elle se retrouve avec une hémorragie et qu'elle te claque entre les doigts, autant dire que ça serait un échec bien cuisant.

Cette fois, à ton tour de ne pas comprendre ce qui se passe. Son changement de ton te surprend et tu hausse bien haut tes deux sourcils. Okay... Elle a craqué son string. Ses nerfs lâchent et toi, tu te demande si tu ne ferais pas mieux de partir.

— Pas vraiment. Les patates sont muettes, elles, que tu réplique avec banalité.

Pour toi, tout ça est normal. Les démons, les vampires... ces créatures, tu les combats depuis des années. Tu as oublié l'effet que ça fait. Tu as laissé une part de ton humanité, quelque part. La retrouveras-tu un jour? Tu l'écoute gémir et pleurer, et tu attends. Tu attends qu'elle se calme. Tu attends que le démon se réveille et la fasse taire à coup d'acide. Dommage, tu l'a bel et bien achevé. Le démon, pas la chouineuse. D'ailleurs elle te confirme qu'elle est entière. Tu as un sérieux doute. Sa santé mentale s'est probablement échappée de ses larmes. Elle n'est plus totalement entière. Tiens, elle est médecin, aussi, qu'elle te hurle. Oui. Bien. Et alors? Elle est entière. Pas besoin de médecin, mais tu comprends aussitôt qu'elle s'inquiète pour le clochard. Tu ne veux pas réellement la froisser alors tu ne dis rien. Tu la laisse faire, simplement, c'est sans surprise que tu apprends sa mort.  

— Hum hum, que tu te contente de répondre. Intéressant.

Tu te détourne de la demoiselle pour mieux t'approcher de l'horrible démon. Pas de doute, il est vraiment laid. Beurk. Et il n'a pas l'air très léger. Tu te penche pour lui attraper les bras et tu commence à le tirer. Bordel qu'il est lourd. Normal. Il s'envoyait des humains pour le dîner. Difficile d'avoir un poids plume avec ce genre de régime. Embêtée, tu te tourne vers la pleurnicharde. Tu le sais que t'es bien trop sévère dans ton jugement. Ce n'est qu'une jeune femme, encore naïve, frêle et innocente. Et pourtant... ça ne t'empêche pas de te montrer rustre et brute de décoffrage.

— Tu m'aide à le déplacer? Il est lourd.

Puis... Tu n'hésite pas à préciser.

— Je t'ai sauvé la vie, tu me le dois bien.

Ouais... Tu agis parfois comme une vraie connasse.




_________________

Despite this cruel world

If you are dreaming, I never want to wake you up.

Sometimes I doubt the path I chose. Sometimes my dreams feel all on hold. There's no doubt that this will make me strong. Because it's the hardest thing I've ever done.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Help me close my eyes
Dean A. White



Administrateur
DATE D'INSCRIPTION : 22/01/2016
MESSAGES : 823
PROFESSION : Difficile à dire. Dean est ancien observateur, depuis, il vadrouille ici et là , gagnant sa vie avec des petits job malhonnêtes pour la plupart.
LOCALISATION : Chez ta mère.


MessageSujet: Re: Entre nuit et aube ♰ (RACHELLE & MAYA)   Lun 19 Sep - 12:02

Sujet archivé

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://swanlive.livejournal.com/


Help me close my eyes
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Entre nuit et aube ♰ (RACHELLE & MAYA)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Entre nuit et aube ♰ (RACHELLE & MAYA)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jour 5 - L'aube est rouge, beaucoup de sang a dû couler cette nuit !
» Un Parenter Elfe de la Nuit et Troll?
» [RP] Entre Lyon et Mâcon : Belleville
» [RP] Entre Die et Chambery : Grenoble.
» Nik - nuit du 2 au 3 mars 1460 - - TOP brigandage - entre Langres et Dijon, noeud 65

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'instant funèbre :: Les rps-
Sauter vers: